Mal de dos : les principaux facteurs de risque

Mal de dos : les principaux facteurs de risque

Body

Il existe une multitude de causes possibles lorsque l’on a mal au dos. Mais certains facteurs de risque sont plus importants que d’autres. Surpoids, stress ou mauvaises postures … Découvrez les raisons possibles de votre mal de dos et apprenez à réagir.

Paragraphes

Le mal de dos est un symptôme complexe qu’il est parfois difficile d’expliquer bien qu’elle soit fréquente. Selon un sondage OpinionWay réalisé pour Vexim, 89 % des français déclarent avoir déjà souffert du dos (1). Il existe une multitude de facteurs et de comportements susceptibles d’augmenter le risque de douleurs au dos : posture, stress, sédentarité … Tour d’horizon des 6 plus fréquents.

Mauvaises postures et positions

En France, le mal de dos est principalement causé par de mauvaises postures et positions. 46 % des Français leur imputent leur dernier mal de dos (1). Au bureau, en voiture, en portant un objet lourd ou en sortant du lit, adopter de bons gestes au quotidien est essentiel pour éviter le mal de dos.

Ainsi, il convient de plier les genoux et de garder le dos droit pour ramasser un objet lourd, d’éviter de se redresser brutalement, de sortir tranquillement du lit en adoptant des gestes doux et de maintenir la tête droite en relâchant les épaules en voiture (2).

Le stress peut provoquer un mal de dos… ou l’aggraver

Evoqué par 13 % des sondés souffrant du dos, le stress est la deuxième cause perçue comme responsable des douleurs (1). Dans des situations stressantes, certaines régions du dos se contractent ou se crispent. C’est en particulier au travail que le stress se fait le plus ressentir : monotonie des tâches, insatisfaction professionnelle, manque de reconnaissance… L’ensemble de ces facteurs psychosociaux, ainsi que l’humeur dépressive qui peut en résulter, sont susceptibles de favoriser les lumbagos, ainsi que leur chronicité (3).

Il faut reconnaître, analyser son stress et agir sur ses origines : ne pas garder ses sentiments pour soi ou les réprimer, en parler à ses proches ou à des professionnels (médecin traitant, psychologue, psychiatre,…), trouver des activités physiques qui permettent de se relaxer, se défouler, se « changer les idées ». En clair, apprendre à gérer son stress (4).

La sédentarité et l’absence d’activité physique

En l’absence d’une activité physique suffisante, les muscles du dos se relâchent, s’affaiblissent, et ne jouent plus correctement leur rôle de soutien : c’est à ce moment-là que les douleurs surviennent. Maintenir une activité évitera donc que le mal de dos ne s’installe durablement et/ou ne revienne. C’est d’ailleurs le thème d’une grande campagne d’information menée par l’Assurance maladie, appelée « Mal de dos : le bon traitement c’est le mouvement ! » (5)

L’objectif est de renforcer les muscles du dos. Pas de panique ! Activité physique ne signifie pas sport de haut niveau… Afin de tenir dans la durée, il est important trouver un sport motivant et appréciable. Même en cas de douleurs au dos, si c’est supportable, la pratique d’une activité sportive peut être maintenue avec l’accord d’un médecin (5).

Douleurs lombaires pendant les règles

Durant les menstruations, certaines femmes se plaignent de douleurs dans le bas du dos. Ces maux sont occasionnés par des contractions de l’utérus. Ils disparaissent généralement d’eux-mêmes en quelques jours. Si elles sont particulièrement handicapantes et qu’elles s’intensifient au cours des mois, il est nécessaire de consulter un gynécologue.

Des anti-inflammatoires peuvent soulager la douleur (demander conseil à son pharmacien). La chaleur permet aussi de décontracter les muscles et d’apaiser la douleur. Alors en cas de mal de dos, ne pas hésiter à appliquer une bouillotte bien chaude sur la zone endolorie ou à prendre un bon bain chaud.

Grossesse et cambrure excessive

Un mal de dos peut être la conséquence directe des modifications physiologiques provoquées par la grossesse. L’utérus prenant du volume, le centre de gravité se déplace vers l’avant du corps. Pour compenser, la future maman a tendance à se cambrer, constituant une hyperlordose.

Il faudra donc veiller à corriger cette cambrure en « s’autograndissant » comme si un fil tirait la tête et tout le corps vers le haut. Cette technique est applicable en position debout, comme assise. Parmi les autres astuces pour soulager le mal de dos : pratiquer des exercices de bascule du bassin, porter des chaussures confortables et une ceinture lombaire, maintenir une activité physique régulière et adaptée ainsi qu’une alimentation équilibrée …

Le surpoids responsable ?

Plusieurs études (6) ont conclu à un lien fort entre le surpoids et le mal de dos (7). C’est en partie la surcharge exercée sur la colonne vertébrale due au surpoids ou à obésité qui expliquerait ce lien. Pourtant, en 2017, une nouvelle étude conclut à l’absence de lien de causalité entre le surpoids et la lombalgie (8).

Le mystère reste donc entier. Quoiqu’il en soit, si le surpoids n’est peut-être pas la cause directe du mal de dos, il en est un facteur aggravant. Il faut donc le surveiller et éviter qu’il n’évolue vers l’obésité. Cela comprend souvent un régime alimentaire adapté, si possible conseillé par un diététicien, et d’avoir une activité physique suffisamment régulière… Pour en savoir plus, lire notre article « quand mes kilos pèsent sur mon dos »).