Quand mon nerf sciatique se comprime

Quand mon nerf sciatique se comprime

Body

Comme 100 000 Français chaque année(1), vous ressentez une vive douleur dans le bas du dos qui irradie le long de la jambe peut-être même jusqu’aux orteils ? Vous souffrez très probablement d’une lombosciatique, appelée communément « sciatique ». Définition, symptômes, tour d’horizon de ce mal dos.

Paragraphes

Qu’est-ce qu’une sciatique ?

La sciatique, c'est quand le nerf sciatique, qui va de vos hanches à vos pieds, est irrité. Elle provoque une douleur du membre inférieur située le long du nerf sciatique. Cela s'améliore généralement en 4 à 6 semaines mais peut durer plus longtemps.

Elle est souvent associée à des lombalgies, mais ce n’est pas systématique. Si c’est le cas, on parle de lombo-sciatique. En général, elle n’est ressentie que d’un seul côté. En comparaison, la douleur d’un lumbago ne s’étend pas au-delà de la fesse(1).

« Lorsque j’ai souffert il y a quelques mois d’une sciatique, mon médecin m’a expliqué qu’elle provenait d’une irritation d’une des racines du nerf sciatique par une hernie discale » témoigne Didier. Il s’agit en effet d’une cause fréquente de la sciatique.

Le nerf sciatique est le nerf le plus gros et le plus long du corps humain. Il permet la mobilité et la sensibilité d’une partie du membre inférieur. Il est formé par la réunion de plusieurs racines nerveuses issues de la moelle épinière, les deux principales étant situées entre la quatrième et la cinquième vertèbre lombaire (racine L5) et entre la cinquième vertèbre lombaire et la première vertèbre sacrée (racine S1).

Une douleur d’origine nerveuse

« La douleur, très vive, partait de la fesse et descendait sur le long de ma jambe (IV) jusqu’à ma cheville. Je la sentais aussi sur le dos du pied jusqu’au gros orteil. J’avais du mal à rester assis et chaque effort était pénible. Il n’y a qu’allongé que j’étais un peu soulagé » confie Didier. Dans ce cas, la racine nerveuse touchée se situe au niveau de la cinquième et dernière vertèbre lombaire ou « L5 ». Lorsqu’il s’agit de la première vertèbre du sacrum ou « S1 », la douleur part de la fesse et descend à l’arrière de la cuisse(2)  vers le mollet, puis le tendon d’Achille (VI) et le bord externe ou la plante du pied (VII), jusqu’au petit orteil.

Une douleur à l’aine, des sensations de fourmillements, d’engourdissement ou de faiblesse dans le membre concerné sont également possibles.

La douleur de la sciatique est d’intensité variable, elle est unilatérale, et peut être amplifiée par la station debout, les efforts, la toux et est améliorée en position allongée.

Malgré la douleur, l’aspect de la jambe est normal.

Qui peut être concerné ?

Les personnes qui ont fréquemment ou depuis longtemps des douleurs dans le bas du dos, comme des lombalgies chroniques, ont plus de risques de souffrir d’une sciatique. Pour Didier, la sciatique s’est déclenchée après le port d’une charge ayant occasionné un lumbago. Un mouvement extrême, inhabituel ou une chute peuvent avoir le même effet.

Avec les modifications physiques et hormonales, les femmes enceintes peuvent également être sujettes à ce mal de dos irradiant dans la jambe. En général, tout rentre dans l’ordre après l’accouchement.

Comment diagnostiquer et traiter la sciatique ?

Le diagnostic n’est pas difficile à établir comme le raconte Didier : « Avec la description que je donnais de mes symptômes et la façon dont je réagissais à certaines pressions, mon médecin a très vite conclu à une sciatique ». Une radiographie ou un scanner peuvent être prescrits pour confirmer le diagnostic mais ne sont pas nécessaires lorsque la douleur de sciatique est « typique ».

Très importante dans les premiers jours de la crise, la douleur diminue progressivement. Pour traiter votre mal de dos, votre médecin peut vous prescrire des médicaments antidouleur et anti-inflammatoires.

Quelques cas rares de sciatiques

Lorsqu’elle n’est pas commune, la sciatique peut demander une prise en charge médicale en urgence. Ces formes plus graves de sciatiques sont beaucoup plus rares (5% des cas), il peut s’agir d’une cause infectieuse, inflammatoire (spondylarthrite par exemple), tumorale ou traumatique (fracture du sacrum). Ces formes de sciatiques peuvent nécessiter la prise en charge par un spécialiste(3).  

La sciatique dite « hyperalgique » se distingue par une douleur très importante résistante aux antidouleurs.

La sciatique paralysante entraîne un déficit moteur. Vos muscles ne répondent plus, vous avez du mal à marcher, à effectuer des mouvements.

La sciatique avec syndrome de la queue de cheval est accompagnée de problèmes génito-urinaires. Vous éprouvez des difficultés à uriner ou au contraire vous perdez le contrôle des urines et des selles.