Scoliose, hypercyphose, hyperlordose : quand la colonne se déforme

Scoliose, hypercyphose, hyperlordose : quand la colonne se déforme

Body

L’empilement des 33 vertèbres peut subir des déviations anormales qui peuvent être à l’origine de déformations, de douleurs, voire de handicap. 

Paragraphes

Naturellement, vue de profil, la colonne vertébrale prend la forme d’un "S" allongé avec deux creux au niveau du cou (« lordose cervicale ») et du bas du dos (« lordose lombaire ») et deux zones en relief (« cyphoses ») au niveau du thorax et de l’extrémité inférieure du dos. Parfois, cette forme en S normale est l’objet de déviations qui peuvent être la conséquence d’une malformation, d’une maladie ou tout simplement survenir pendant la croissance.

Les différentes déformations de la colonne vertébrale

Des cervicales aux lombaires, la colonne vertébrale, également appelée « rachis », se compose de vertèbres articulées entre elles. Cette structure peut être affectée par des déformations qui sont le plus souvent « idiopathiques », c’est-à-dire sans cause apparente. Selon le sens qu’elles adoptent, ces déviations se nomment scoliose (déviation d’axe), hypercyphose ou hyperlordose (majoration de courbures naturelles).

La scoliose 

La scoliose est une déformation sinueuse de la colonne vertébrale dans les trois plans de l’espace (haut-bas, gauche-droite, avant-arrière). Elle est liée à une rotation des vertèbres les unes par rapport aux autres. La maladie peut s’accompagner - quand elle est grave - de la présence d’une bosse au niveau du tronc appelée « gibbosité ».

La scoliose apparaît le plus souvent pendant l’enfance et l’adolescence jusqu’à la fin de la puberté. Elle touche plus les filles que les garçons. Ses causes restent souvent inconnues, on parle alors de scoliose idiopathique.

Le plus souvent, les scolioses modérées n’entraînent pas de douleurs particulières. C’est pour cette raison qu’elles ne sont pas toujours détectées à un stade précoce. Chez l’adulte, la scoliose peut néanmoins occasionner des douleurs dorsales. Les scolioses graves peuvent, elles, entrainer des douleurs de dos, voire être à l’origine de difficultés respiratoires.

Lorsque votre médecin diagnostique une scoliose, il demande en général un bilan radiographique. Le traitement dépend du degré de déformation, du type de scoliose et de l’âge de découverte. La scoliose peut entraîner des malformations difficiles à rattraper à l’âge adulte. Il est donc important de la prendre en charge le plus tôt possible (et en tous cas avant la maturité du squelette) et d’effectuer un suivi rapproché, généralement par un spécialiste. Selon les cas, un corset peut être prescrit à l’adolescence avant d’envisager la chirurgie.

La scoliose, maladie confirmée par une radiographie, doit être distinguée de l’attitude scoliotique. La scoliose est une déformation non réductible, elle n’est pas liée à une mauvaise position, contrairement à l’attitude scoliotique, qui est une déviation réductible simplement causée par un défaut de posture à corriger. A l’examen d’ailleurs, le médecin peut observer la diminution de la déviation en opérant un changement de position du patient, par exemple en l’allongeant, ce qui serait impossible en cas de scoliose. Une radiographie du dos en position couchée peut également les différencier : lorsqu’il s’agit d’une attitude scoliotique les courbures disparaissent, alors qu’elles persistent ou ne diminuent que très légèrement en cas de scoliose.

L’hypercyphose

L’hypercyphose est une déformation du haut de la colonne vertébrale. Le dos est alors voûté, arrondi et une véritable bosse peut apparaître pour les cas les plus sévères.

Chez l’enfant et l’adolescent, la cause la plus fréquente de l’hypercyphose est la maladie de Scheuermann, une pathologie des vertèbres qui survient au cours de la croissance et concerne davantage les garçons que les filles. À terme, cette déformation peut favoriser une hernie discale.

L’hypercyphose peut également survenir à l’âge adulte. La perte de tonus musculaire ou encore le tassement vertébral, liés au vieillissement, sont alors souvent en cause.

L’hyperlordose

L’hyperlordose est une accentuation de la courbure lombaire, c’est-à-dire la cambrure du creux des reins.

Elle peut être constitutionnelle ou parfois accompagner une hypercyphose. Elle compense alors un dos rond. Cette déformation est favorisée par le surpoids avec un ventre proéminent, le relâchement des muscles abdominaux ou encore la grossesse.

À long terme, l’hyperlordose peut se traduire par des complications comme le pincement des disques intervertébraux ou de l’arthrose.

Que faire face à ces déformations de la colonne ?

L’examen clinique du médecin, ainsi que des radiographies, permettent de diagnostiquer les déformations de la colonne vertébrale. Grâce à un dépistage précoce, les déformations peuvent être stabilisées et leur évolution contrôlée afin qu’elles ne deviennent pas invalidantes.

Le traitement consiste en des séances de rééducation chez le kinésithérapeute, qui proposera également des conseils pour adopter les bonnes postures au quotidien. La kinésithérapie permet de travailler le maintien du dos, de renforcer les muscles du dos et d’entretenir la capacité respiratoire. En parallèle - et avant la fin de la croissance - le port d’une ceinture lombaire ou d’un corset peut être conseillé pour maintenir le dos dans une bonne position.

La pratique d’une activité sportive adaptée, tout comme la perte de poids dans les cas d’hyperlordose, sont également indispensables pour minimiser les complications.

Lorsque la déformation est plus grave, dans de très rares cas, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

1/ Courtois, E. Ebermeyer Scoliosis in children and adolescents, La Lettre du Rhumatologue n°363, juin 2010.
Mary P : Prise en charge de la scoliose idiopathique de l’enfant et de l’adolescent, nov. 2003, Revue du Rhumatisme 71, 2004, p.160-170.
2/ Dubourg G : Scoliose de l’adulte, La Lettre du Rhumatologue n°243, juin 1998.
3/ Garreau de Loubresse C, Vialle R, Wolff S : Cyphoses pathologiques, EMC Appareil Locomoteur Elsevier 2005.
Duplan B, Marty M : Bien soigner le mal de dos, Ed. Odile Jacob 2001.
Cet article peut vous intéresser

Quand le travail fait mal : adapter et soigner

Port de charges lourdes, exposition aux vibrations, gestes répétitifs... L’activité professionnelle peut parfois faire souffrir. Sous certaines conditions, le mal de dos peut être reconnu comme maladie professionnelle. Explications.