La scoliose

La scoliose

Body

Une scoliose est une déformation permanente de la colonne vertébrale dans les trois plans de l’espace. Elle survient souvent durant l’enfance et l’adolescence mais peut aussi se déclarer plus tard. Comment la reconnaître ? Quelles en sont les causes ? Est-il possible de la traiter ? Réponses.

Paragraphes

La scoliose est due à une rotation des vertèbres les unes par rapport aux autres. La colonne vertébrale présente une torsion et ses courbures naturelles sont modifiées. Le rachis (autre nom de la colonne vertébrale) est déformé dans les trois plans de l’espace : de face, de profil et en transversal. La scoliose entraîne notamment une gibbosité (déformation en forme de bosse en haut du dos) (1).

Une pathologie souvent liée à l’enfance

La majorité des scolioses surviennent durant l’enfance et l’adolescence et sont d’origine inconnue. On les appelle « scolioses idiopathiques ». Elles apparaissent et se développent progressivement au cours de la croissance. L’évolution est généralement lente avant la puberté, puis s’accélère durant cette période (2).

Beaucoup plus rare, la scoliose dite « secondaire » fait suite à une maladie neuromusculaire ou osseuse. Elle concerne majoritairement des enfants infirmes cérébraux moteurs (3).

La forme idiopathique peut se retrouver à l’âge adulte. Il s’agit d’une scoliose idiopathique apparue durant l’enfance, non stabilisée, et qui continue à progresser à l’âge adulte. Des scolioses secondaires peuvent également être diagnostiquées chez l’adulte. Tout comme des scolioses dites « de novo » (4), qui se déclarent tardivement et sont dues à une dégénérescence des disques intervertébraux et des vertèbres. Cette forme est de plus en plus répandue du fait de l’allongement de la durée de vie (5).

Symptômes et diagnostic

L’évolution de la scoliose idiopathique est lente. Elle s’accélère à la puberté, mais est souvent asymptomatique : il est courant que l’enfant ne se plaigne de rien. Parce qu’une détection précoce de la maladie permet sa bonne prise en charge médicale, il est recommandé chez les enfants et les adolescents de procéder à une surveillance du dos deux fois par an (6).

Chez l’adulte, la maladie peut parfois causer des lombalgies, mais elle est souvent asymptomatique. Seul un examen médical permettra sa détection.

Pour diagnostiquer une scoliose, le médecin va procéder à une inspection du dos. Il recherche la présence d’asymétries et d’une déformation en forme de bosse du haut du dos, appelée « gibbosité ». S’il observe des signes de scoliose, le médecin procède à un examen complet pour chercher la cause de la déformation du rachis. Il pourra faire appel à la radiographie pour confirmer et affiner son diagnostic (7).

Suivi et évolution

Lorsqu’elle est avérée, l’évolution de la scoliose doit être mesurée plusieurs fois par an. La scoliose est dite « évolutive » si les courbures mesurées du rachis augmentent rapidement ou sont d’emblée importantes. Celles-ci sont mesurées en degrés et appelées « angle de Cobb » (8).

Si la scoliose est souvent stabilisée chez l’adulte, il arrive qu’elle continue à évoluer de façon plus lente qu’à l’adolescence. Pour les femmes, la scoliose peut s’aggraver à la ménopause car la chute du taux d’œstrogènes peut entraîner une ostéoporose et une fragilisation des os.

Les scolioses importantes peuvent avoir des conséquences désastreuses. La déformation du thorax peut entraîner une diminution des capacités respiratoires. Elles peuvent avoir des impacts esthétiques (déformation du corps, petite taille) qui seront vécus douloureusement par le patient et altéreront sa qualité de vie (7).

Le traitement de la scoliose

La prise en charge d’une scoliose est pluridisciplinaire. Elle associe de plusieurs professionnels de santé variant selon la sévérité : médecin traitant, pédiatre, chirurgien orthopédique, kinésithérapeute, rhumatologue,… L’objectif principal est de limiter la déformation du rachis afin que celle-ci soit la plus modérée possible à la fin de l’adolescence.

Dans le cas d’une scoliose évolutive, le traitement le plus courant consiste à porter un corset. Il en existe plusieurs types, fabriqués sur mesure à partir d’un moulage du corps du patient, selon la nature et l’importance des déformations de son rachis. L’efficacité du corset étant directement liée à la durée de son port, un adolescent en croissance devra le porter entre 16 et 23 heures par jour (9).

Si la scoliose est importante et évolutive, et que le traitement orthopédique échoue, la chirurgie peut être indiquée. L’opération consiste à fixer des tiges en métal aux vertèbres afin de corriger les déformations de la colonne vertébrale (10).

Pour obtenir plus d'informations sur la scoliose : rendez-vous ici.