La hernie discale

La hernie discale

Body

Si vous avez mal en bas du dos ou des douleurs le long d’une jambe, vous souffrez peut-être d’une hernie discale. Celle-ci peut toutefois être totalement indolore. Dans ce cas, comment la reconnaître ? Quelles sont ses causes ? Existe-t-il des traitements et peut-on la prévenir ? Réponses.

Paragraphes

La hernie discale désigne le déplacement d’une portion d’un disque intervertébral. Ces disques, situés entre chaque vertèbre de la colonne vertébrale, lui confèrent sa souplesse et servent d’amortisseurs en cas de choc. Si l’un d’eux s’affaiblit, se fissure ou se rompt, une partie de son noyau gélatineux peut  traverser le disque : c’est la hernie discale (1) ! Si la plupart des hernies discales sont localisées au bas du dos (hernie lombaire), ce phénomène peut aussi exister au niveau du cou.

Une pathologie difficile à identifier

Une hernie discale peut être localisée à n’importe quel niveau de la colonne vertébrale. Mais généralement, celle-ci apparait en bas du dos, dans la région lombaire car plus fréquemment sollicitée. Elle peut ainsi provoquer une lombalgie. On parle alors de hernie discale lombaire.

En comprimant l’une des terminaisons du nerf sciatique, elle peut entraîner des douleurs dans la jambe : c’est la sciatique. Cependant, il arrive que la hernie ne comprime aucun nerf. Elle est dans ce cas indolore et peut passer parfaitement inaperçue.

Dans un article publié par l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité) portant sur près de 64 000 salariés d’environ 3 000 entreprises, l’incidence de la hernie discale lombaire était estimée à 179 sur 100 000 personnes (2). L’âge moyen des personnes concernées serait de 40 ans. En outre, elle toucherait indifféremment les hommes comme les femmes (1).

Des causes diverses

C’est généralement la dégénérescence des disques de la colonne rachidienne qui est mise en cause dans les cas de hernie discale lombaire. Les disques se dessèchent avec l’âge, deviennent moins flexibles et se fragilisent. Les risques de lésions sont ainsi accrus.

Bien que d’autres facteurs potentiels puissent provoquer une hernie discale, des antécédents lombaires semblent avoir le plus d’incidence. On ajoutera à ceux-ci les mauvaises chutes, les efforts répétés (notamment le port d’objets lourds) et, secondairement, l’excès de poids, la grossesse et le tabac.

Dans certains cas rares, l’apparition d’une hernie discale semble liée à une prédisposition héréditaire. En effet, des anomalies génétiques entraîneraient une faiblesse du bas du dos. Les individus souffriraient de hernie discale très tôt, parfois avant l’âge adulte (3).

Des symptômes variés

Les douleurs causées par une hernie discale peuvent être très intenses, voire insupportables au moindre mouvement. Elles s’intensifient par le rire, la toux et l’éternuement. Dans certains cas, la douleur est provoquée par la miction ou la défécation.

En plus des douleurs, une hernie discale peut entraîner de nombreux symptômes : une paralysie légère, une diminution et un affaiblissement musculaire, la disparition de tout ou partie de la sensibilité, des fourmillements, picotements, brûlures et engourdissement… (3)

Traiter et prévenir une hernie discale

En cas de suspicion d’une hernie discale, il convient de consulter un médecin généraliste. Si les symptômes sont évidents, des examens complémentaires seront inutiles. Le médecin prescrira des antalgiques, anti-inflammatoires et myorelaxants. Des corticoïdes pourront éventuellement être administrés en cas de douleurs aigües et persistantes. Dans tous les cas, le repos est impératif ! Plus celui-ci sera long (6 semaines si possible), meilleure sera la récupération. Dans 90% des cas, un traitement associé au repos sera efficace (4).

Si les douleurs persistent au-delà de 6 semaines, en dépit du traitement, l’avis d’un chirurgien spécialiste sera nécessaire. Dans de très rares cas, s’il le juge utile, il décidera d’opérer. L’opération d’une hernie discale est courante, efficace et sans complexité. Elle consiste en l’ablation de la hernie et de certaines parties du disque pour supprimer la compression de la racine nerveuse. Après l’intervention, il faudra observer une période de convalescence de 3 à 4 semaines, avant d’entamer une rééducation musculaire lombaire et abdominale.

Plus généralement, pour prévenir la survenue d’une hernie discale, il convient d’adopter un mode de vie sain et équilibré, de faire régulièrement de l’exercice et de surveiller ses postures et habitudes au travail (4).

Pour en savoir plus sur la hernie discale, cliquez ici.